La construction en reconstruction

La construction demeure le 1er secteur d’activité et le 1er employeur en France selon l’Apec. Toutefois, son activité a été fortement ralentie ces trois dernières années. Aujourd’hui le secteur se porte mieux, ce qui se traduit par une redynamisation du marché de l’emploi et une relance de l’embauche.

Construction-reconstructionRetour au sommaire du dossier emploi construction

« La tendance est à une reprise prudente dans les entreprises générales du bâtiment et la maîtrise d’œuvre. C’est plus mesuré dans les travaux publics, encore en convalescence », indique Cyril Lecacheur, Regional Manager Bâtiment et Travaux Publics chez Hays. « La situation n’est pas encore optimale même si l’immobilier a redémarré très fort », ajoute Laurent Derote, Directeur Immobilier & Construction chez Hudson. Les gros leaders de la construction ont en effet lancé d’ambitieux plans d’embauche cette année. « Bouygues et Eiffage ont annoncé entre 3 000 et 4 000 embauches en 2011, dont 20 % de cadres » confirme Laurent Derote.
Parmi les métiers les plus recherchés par les PME ou les grands groupes, citons les conducteurs de travaux, les ingénieurs études de prix et les chefs de chantiers. « Nous recevons aussi beaucoup de demandes pour des ingénieurs structures, des économistes de la construction et des chefs de projets », relève Cyril Lecacheur. « On recherche également des professionnels tels que des responsables commerciaux classiques et des responsables de montages commerciaux pour remplir les carnets de commande », complète Laurent Derote.

Des profils confirmés

Au niveau des compétences, les entreprises sont à la recherche de profils confirmés. « Que ce soit pour les commerciaux ou les métiers de la construction, c’est la primauté à l’expérience », note Laurent Derote. Selon les fonctions, il faut afficher en moyenne entre 5 et 7 années d’expérience. « Nous recherchons également des personnes autonomes, capables de prendre des initiatives, ayant une fibre managériale et du caractère pour encadrer l’humain ainsi qu’un très bon relationnel avec les clients pour décrocher de futurs projets », précise Cyril Lecacheur.

Et si le redémarrage a été long dans ce secteur, l’optimisme est de mise pour les mois à venir. « Les perspectives sont plutôt bonnes dans la mesure où les besoins sont plus importants que par le passé, résume Cyril Lecacheur. En revanche, les postes sont plus difficiles à pourvoir car les entreprises prennent leur temps pour trouver le bon candidat. »

Agnès Wojciechowicz

D'autres articles qui pourraient vous plaire

Travailler sous forte chaleur ? quelques solutions ...

En savoir plus

Juillet, le bon moment pour un entretien avec mon boss ?

En savoir plus

Les JO, quels effets sur le travail ? Va-t-on travailler moins ?

En savoir plus